par
M. le professeur Christian Grosse et al.

Jeudi 18 mai 2017
Archives d’État
18 h.30

Dans le contexte du 500e anniversaire de la Réforme luthérienne (1517), les Archives d’État de Genève, en collaboration avec des historiens de l’Université de Genève et de l’Université de Lausanne, ont mis sur pied une exposition qui présente l’impact de cet événement sur la vie des Genevois ordinaires. Il s’agit à la fois de montrer comment les Genevois se sont impliqués dans le processus de réforme et de mettre en évidence la manière dont la conversion religieuse de la ville a affecté leur culture. Les archives se font en effet l’écho de l’activisme, des résistances ou de l’adaptation des différents milieux – hommes, femmes, comme enfants – et soulignent les changements réels – ou mythifiés – qu’impose la pratique du nouveau culte. L’exposition aborde cette thématique en trois temps. Une première période (1517-1555) retrace l’introduction de la Réforme à Genève. Les prêches de Guillaume Farel nourrissent l’effervescence religieuse qui s’exprime parfois par l’iconoclasme. La deuxième période (1555-1575) décrit la Réforme vécue « au quotidien ». La population s’adapte aux nouvelles liturgies, côtoie les élèves de l’Académie, accueille l’afflux des réfugiés et subit les contraintes disciplinaires. Finalement la troisième période (1575-1617) voit s’apaiser les esprits et la discipline s’assouplir. Les Genevois trouvent peu à peu un nouvel équilibre et l’année 1617 offre l’occasion de célébrer les cents ans de la Réforme. Les Archives d’État de Genève conservent, restaurent et numérisent les documents sur lesquels travaille l’historien. La présentation d’un projet de numérisation et de restauration des archives de l’Église protestante complète cette exposition et met en évidence le travail de l’historien en lien avec l’archive.

Christian Grosse est professeur en histoire et anthropologie des christianismes modernes et docteur ès lettres. Sa thèse de doctorat s’intitule  » les rituels de la Cène. Une anthropologie historique du culte eucharistique réformé à Genève (XVIe-XVIIe siècles) ». Ses domaines de recherche sont l’anthropologie historique des cultures religieuses dans l’Europe de la première modernité, l’histoire des modes de régulation sociale dans l’Europe de la première modernité et l’histoire de l’histoire des religions. Il est actuellement professeur ordinaire de l’Université de Lausanne, au sein de la Faculté de théologie et de sciences des religions.